A la découverte d'une mystique moderne

· L'Esprit en Eveil

J’ai partagé avec vous cet été ce livre extraordinaire qu’est Et la lumière fut, de Jacques Lusseyran, et vous êtes nombreux et nombreuses à m’avoir fait part de l’immense joie que vous a procurée sa lecture. 

Je ne m’attendais pas à découvrir, si rapidement après, d’autres livres aussi exceptionnels – sinon davantage – d’une auteure dont je ne connaissais rien : Marianne Dubois.

Je dois cette découverte à une amie sculptrice, Barbara Soïa, qui m’a adressé les deux premiers livres que j’aie lus de cette femme, aujourd’hui âgée de 94 ans, vivant en région parisienne. 

Ainsi qu’elle le raconte dans son tout premier livre, Rencontres solaires, peu après le décès de son mari, vers 60 ans, Marianne Dubois fait la rencontre d’un guide intérieur qui – malgré son éducation non religieuse – lui apparaît sous les traits de Jésus. C’est en réalité son propre Soi divin qui communique ainsi avec Marianne, dans des dialogues qui allient une profondeur rare à une forme d’une poésie bouleversante. Il adopte une apparence christique, pour s’adresser à Marianne, comme – dit-il – il aurait tout aussi bien pu se présenter à elle sous les traits de Bouddha ou d’une autre figure spirituelle majeure. 

Marianne Dubois va ainsi vivre une transformation progressive de tout son être, sur une durée de sept années, qui s’imprimera jusque dans ses cellules, comme l’indique un autre de ses titres, Jubilation cellulaire : les jeux de la délivrance intérieure. 

Au terme de cette transformation, Marianne vivra ces Noces de lumière – autre de ses titres – que représente la fusion du Soi et du moi, de l’esprit divin et du corps de chair. 

La lecture des livres de Marianne Dubois fait ressentir dès les premiers mots, les premières pages, la réalité de ce que cette femme a vécu (comme on le ressent aussi à la lecture d’Initiation, le chef-d’œuvre d’Elisabeth Haich). J’en ai été profondément ému, au point d’ailleurs de souhaiter la rencontrer en personne, ce que j’ai eu la joie de faire voici 15 jours... 

Beaucoup de choses me touchent dans ce qu’elle écrit : 

- d’abord, bien sûr, cette réalisation spirituelle qu’il lui est donné de vivre, à laquelle tant de nous aspirent consciemment ou non ;

- ensuite, l’honnêteté foncière, la sincérité totale avec lesquelles elle nous livre aussi bien ses avancées que ses reculades, ses doutes, ses peurs, ses revirements : elle ne triche jamais, et du coup, en tant que lecteur, on peut d’autant mieux s’identifier au parcours de métamorphose progressive qui est le sien ;

- enfin – et c’est quelque chose de rare – il y a ce don du verbe qui est le sien, cette manière merveilleusement poétique de mettre des mots sur l’indicible, là où d’autres ayant vécu la même chose se retrouveraient sans doute incapables de le communiquer à autrui ;

- ah, j’allais oublier ! Il y a aussi le fait que Marianne n’impose rien à ses lecteurs et lectrices. Elle ne prétend même pas enseigner, juste témoigner, sachant que le parcours de chacun et chacune d’entre nous sera certainement différent, même si la destination est la même.

On serait tenté de dire qu’il n’y a plus d’ego chez Marianne Dubois, ou tout au moins que s’il est encore là, c’est entièrement au service du Soi qui l’habite. Et, si j'étais un peu taquin, je dirais c’est peut-être le seul « reproche » que l’on pourrait adresser à cette mystique contemporaine tellement inspirante : de ne pas avoir davantage cherché à donner à ses écrits la diffusion qu’ils méritent réellement. 

Eh oui, le paradoxe est là : plusieurs de ses livres sont épuisés – certains ont été publiés voici presque 30 ans – éventuellement disponibles d’occasion, en cherchant bien. Certains sont introuvables. Pourtant, Marianne Dubois mériterait au moins la même qualité d’édition et la même diffusion qu’une Christiane Singer ou une Annick de Souzenelle. 

Si vous le pouvez, je vous recommande de commencer par Rencontres solaires, car c’est le début de l’aventure (on le trouve d’occasion, et il a aussi été réédité en Roumanie (!) par Rada Pantea.)

Vous pouvez ensuite lire Noces de lumière, publié chez Dervy, qui a également édité Jubilation cellulaire et Le rire de Dieu ou la naissance à la joie. 

J’ai aussi beaucoup aimé La Présence ou le défi de l’inconnaissable.

Quel que soit le livre que vous trouverez de Marianne Dubois, vous y retrouverez la même plume et le même souffle spirituel. 

Je vous souhaite beaucoup de joie à découvrir cette grande mystique moderne, d’une simplicité et d’une humilité confondantes ! 

 

PS : Si vous aviez du mal à obtenir ses livres, adressez-moi un mot via ce blog, et je verrai ce que je peux faire…

 

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK